Petit précis d’empathie

Élément princeps de la relation d’aide, la notion d’empathie mérite quelques précisions quant à sa définition.

L’empathie : jusqu’où est-ce de l’empathie ?

À quel moment de la relation d’aide l’empathie est-elle en péril ?

 

A           PATHIE Ne perçoit pas la détresse
ANTI     PATHIE Minimise la détresse
SYM     PATHIE Partage la détresse
EM        PATHIE Comprend la détresse sans la partager

 

Efficacité comparée des quatre attitudes dans une relation d’aide

Une bonne manière de comprendre ce qu’apporte l’expression d’empathie dans la relation est de comparer l’impact de chacune des quatre attitudes selon les trois axes suivants : l’écoute, la compréhension et l’aide apportée.

Que dit notre attitude de notre capacité d’écoute au sens large, c’est-à-dire la faculté de capter le ressenti, la joie ou la détresse du patient ?

Qu’indique notre attitude de notre capacité à comprendre sans porter de jugement, ce que pense, ressent et fait le patient ?

Quel degré de liberté nous laisse notre attitude pour aider le patient à dissiper une part de sa détresse ?

ÉCOUTE COMPRÉHENSION AIDE
APATHIE

ANTIPATHIE

X

SYMPATHIE

X

X

EMPATHIE

X

X

X

 

Un vieux modèle pour promouvoir une nouvelle compréhension

YERKES et DODSON ont montré, dès 1908, les conséquences de l’évolution du niveau d’anxiété sur les performances mentales.

Ils obtiennent une courbe en forme de cloche :

yerkes et dodson

À de faibles niveaux de stress et d’anxiété, de même qu’à des niveaux élevés, les fonctions cognitives et la motivation sont peu performantes : les capacités d’attention, de concentration, de compréhension, de réflexion et de mémorisation sont réduites.

Le stress apparaît quand la situation complexe dépasse le pic de la gestion optimale : les capacités cognitives sont dépassées, les symptômes du stress apparaissent.

Adaptée à la relation d’aide, cette courbe de YERKE et DODSON permet de comprendre qu’avant  même de pouvoir communiquer des informations ou de partager un point de vue, il faut que l’individu-récepteur soit en mesure de recevoir ces informations.

L’expression de l’empathie, en participant au soulagement de la détresse (écoute, compréhension, aide), ramène le stress et l’anxiété à un niveau compatible avec un meilleur fonctionnement cognitif. Elle facilite la communication et la transmission d’informations aux patients.

Author Sandrine Duhoux

Psychologue clinicienne, d'orientation analytique. Champs cliniques : addictions, psychotraumas, risques psychosociaux. Spécialités : soutien aux équipes, pédagogie de la formation.

More posts by Sandrine Duhoux

Leave a Reply